Commission du développement du tourisme de la municipalité de Pékin


Bientôt des « vélos dépollueurs » dans les rues chinoises

1501553339

Un designer néerlandais s'est associé à la célèbre société chinoise de vélos en libre-service Ofo pour développer une bicyclette qui filtre la pollution de l'air quand elle est utilisée.

Ces « vélos anti-smog » feront d'abord leurs débuts en Chine avant leur mise à disposition au Royaume-Uni et ailleurs en Europe.

Daan Roosegaarde, responsable du Studio Roosegaarde de Rotterdam, est en Chine, où il travaille sur un prototype avec des ingénieurs et des designers d'Ofo, de l'université Tongji et de la plate-forme de conception chinoise Tezign. L'équipe espère proposer un modèle fonctionnel d'ici la fin de l'année.

« Le but final est d'avoir environ 2,5 millions de bicyclettes anti-smog dans une ville comme Beijing, afin de réduire la pollution entre 5 et 15% au cours des deux prochaines années », a déclaré Daan Roosegaarde.

Il a rencontré des autorités locales et des développeurs à Londres au sujet d'autres projets d'air pur, et a précisé que mettre des vélos en service au Royaume-Uni et aux Pays-Bas fait partie des plans à long terme du projet.

Ofo, fondée par l'entrepreneur chinois Dai Wei, âgé de 26 ans, a mis en place son système de vélos en libre-service sans station d'accueil à Cambridge et discute avec d'autres villes britanniques pour rendre ses vélos plus accessibles.

D'après Daan Roosegaarde, l'objectif est de faire en sorte que la flotte de vélos Ofo utilise une technologie de nettoyage d'air similaire à celle utilisée dans la tour « anti-smog » de 7 mètres qu'il a construite et qui a fait une tournée aux Pays-Bas et en Chine l'année dernière.

« Dai Wei est vraiment désireux d'ajouter de la valeur aux vélos », a souligné Daan Roosegaarde. « Ils s'intéressent aux serrures intelligentes, à la communication avec l'utilisateur, aux dispositifs de mesure de la qualité de l'air sur les vélos -l'innovation les fait avancer ».

Les vélos seront montés avec un dispositif installé à l'avant qui aspire l'air, éliminant les particules par le biais d'un processus d'ionisation. Les impuretés trop petites pour être capturées par des filtres conventionnels, comme les nanoparticules, sont chargées positivement et seront attirées par une surface chargée négativement. L'air pur sera ensuite expulsé depuis l'arrière de l'appareil vers le visage de l'utilisateur.

« Prenez un ballon de baudruche et frottez-le avec votre main pour produire de l'électricité statique. C'est le même principe », a déclaré Daan Roosegaarde. « C'est le seul moyen de nettoyer de gros volumes d'une manière sûre, économe en énergie et en profondeur. Les filtres n'attrapent pas les petites particules et utilisent beaucoup d'électricité. Ce type de technologie est déjà utilisé à l'intérieur dans des endroits comme les hôpitaux. Nous l'amenons en plein air ».

Selon Daan Roosegaarde, un tel dispositif pourrait également être construit pour les véhicules, mais il espère que le projet encouragera plutôt les citadins à passer de la voiture au vélo.

L'équipe décidera également de la meilleure façon d'éliminer ou de recycler les particules de smog collectées par les dispositifs. Une partie de la matière particulaire capturée par la tour de nettoyage de l'air a été utilisée pour fabriquer des bijoux « smog », comme des bagues.

« Ce projet porte en lui un rêve d'air pur », a conclu Daan Roosegaarde. « Nous avons construit la tour et les idées se développent. Notre dernière aventure est la bicyclette et nous sommes très heureux de travailler avec Ofo ».

peopledaily

La Fête culturelle 2017 du Tourisme écologique du district de Fangshan

TOP

Tianjin va construire une zone franche commerciale consacrée au cinéma

 

Qui sommes-nous ? | Contact

Copyright2002-2017 www.visitbeijing.com.cn Tous droits réservés