Site Web à but non lucratif supervisé par le Bureau municipal de la Culture et du Tourisme de Beijing

Se rafraîchir avec les boissons aux herbes

1594952539

Durant la période de canicule, le nord cuit et le sud étouffe, tout le monde s'étanche avec le thé en Chine.

La chaleur s'installe ici avec le soleil estival. A travers le pays, la carte métrologique indique de multiples nuances de rouge.

Lorsque le nord est sec et chaud, les régions méridionales se baignent dans une chaleur humide que les habitants appellent le « climat de sauna ». C'est pourquoi les boissons aux plantes à base d'herbes sont toujours une partie importante de cette saison.

Ce sont des fusions à base d'herbes chinoises ou de fruits et peuvent avoir un goût légèrement sucré ou intensément amer, dépendant de ce que les herbes sont prescrites. Mais depuis toujours, les tisanes sont très populaires dans ces régions.

« Le thé rafraichissant aux herbes » ou liangcha, qui fait partie de la vie chinoise, a été listée comme le Patrimoine culturel immatériel chinois.

Les Chinois du sud, en particulier, ne penseraient pas à passer l'été sans des gorgées quotidiennes de thé rafraîchissant. Et à mesure que la diaspora urbaine se répand, même les grandes villes du nord profitent désormais des avantages de ces boissons, résultat d'une amélioration de la commercialisation, de l'emballage et de la logistique.

Quand le hot pot (la fondue chinoise) du Sichuan a migré dans le nord, il a emmené le thé rafraîchissant cantonnais, et ça a fait fureur d'ingurgiter d'énormes quantités de liangcha dans une chaleur abrutissante de piments de chili et de grains de poivre à mettre la bouche en feu. C'était un accompagnement original.

Cependant, cette pratique est aujourd'hui mal vue par les traditionnalistes d'herbes.

Il ne faut pas prendre liangcha comme une boisson. Chaque verre ou bol a ses propres dosages et ses avantages.

Des infusions minutieusement préparées se vendent dans des pots à cuivre dans le sud de la Chine, de Macao, Hong Kong à Guangzhou, Beihai, Zhanjiang, et même dans la province du Hainan. Ce sont des magasins spécialisés dans la vente du thé rafraîchissant qui ont résisté à l'épreuve du temps et des général.

Par exemple, le thé aux herbes en canette rouge, le plus populaire en Chine, est né d'une recette cantonaise d'il y a deux cents années. Chaque herboristerie du Guangdong ou du Guangxi a son propre thé.

Parmi eux se trouvait Baozhilin, l'herboristerie du légendaire maître des arts martiaux Huang Feihong.

Ces tisaneries sont le résultat d'une sérendipité à la fois géographique et culturelle.

Elles se trouvent dans la région connue en tant que Lingnan, une vallée naturellement humide, qui est un trésor botanique de plantes et d'herbes rares – un fait longtemps découvert par leurs fondateurs de l'homéopathie.

Ils ont recueilli et séché ces ingrédients naturels et préparé une grande variété de thés rafraîchissants pour lutter contre la chaleur de l'été.

La plupart des infusions sont faites de fleurs, de feuilles et de racines séchées, toutes récoltés dans la région.

Certains sont des ingrédients ordinaires tels que les fleurs de chrysanthème, de chèvrefeuille et de frangipanier, de racine de réglisse sauvage, de ginseng américain, de bulbes fritillaires, de feuilles de lotus, de feuilles de mûrier, de bourrache, de menthe, de périllier, de l'armoise, du sureau, de la cenelle, de la goji, et des fruits tels que la poire des neiges, les jujubes, le luohanguo ou Momordica grosvenori et les longanes séchés.

Et certaines entre autres étaient rares, mais étaient cultivés ultérieurement dont l'ajuga, la bugle rampante connue en chinois sous le nom de xiakucao. Il y a aussi la plante duveteuse baizicao à feuilles d'argent, ou Antiotrema dunnianum.

Ces deux type d'herbes, sucrées avec du sucre candi ou du miel, sont des panachés d'été courants, et sont faciles à préparer à la maison.

Ces dernières années, les infusions aux herbes ont été distillées et commercialisées et sont vendues en paquets de cristaux faciles à dissoudre, tout comme le café instantané.

L'autre c'est le fameux mélange wuhuacha, le thé aux cinq fleurs, fait de chèvrefeuille, chrysanthème, fleurs de sophora, fleurs de kapokier et fleurs de kudzuvine.

Je me souviens de mon enfance quand ma grand-mère du village cantonnais me nourrissait toutes sortes de mixtures. Celle qui avait le goût le plus agréable est le thé baizicao, d'une odeur légèrement florale, et a été supposé avoir des vertus pour dégager les vapeurs de l'été.

La boisson faite de l'herbe qui me faisait cacher sous l'escalier était une infusion extrêmement amère faite à partir des petits boutons de fleur séchés de Crataegus monogyna. Il était appelé par son joli nom, shuiwenghua, qui se traduit à peu près par « fleurs de l'érudit de l'eau ».

Sa beauté littéraire m'a complètement impressionnée.

Cela m'a été donné par la force chaque fois que je montrais des signes de fièvre et de l'insolation, ce qui était souvent le cas, et je ne manquais jamais de transpirer après avoir bu le breuvage. Peut-être que c'était de la terreur.

Les mêmes histoires sont racontées par mes amis.

Une amie a pu boire une série de préparations amères après elle a été diagnostiquée de polio, et les médecins occidentaux ont répondu sa mère qu'ils ne pouvaient rien faire.

Sa mère déterminée a consulté un médecin chinois à Chinatown. Il a prescrit une routine d'infusions aux herbes à base de plantes médicales. Cela a marché. Nous n'avons jamais su qu'elle avait la polio jusqu'à ce qu'elle nous le dise.

A part les remèdes miraculeux, la plupart des tisanes sont divisées en quatre catégories, en fonction de leur efficacité.

La première catégorie se constitue de thés antitoxines, qui éliminent la chaleur accumulée dans le corps et conviennent aux personnes facilement irritables. Les principaux ingrédients sont le chèvrefeuille, le chrysanthème, le magnolia sauvage, etc.

Le second groupe comprend des thés pour ceux sensibles au rhume et aux reniflements estivaux. Le banlangen, surnommé aussi la racine d'isatis, est considéré comme l'herbe de miracle de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui s'est répandu au niveau mondial en 2003.

Un autre groupe de thés est destiné à la consommation d'automne lorsque le climat est très sec et que les irritations de la toux et de la gorge sont courantes. Ils utilisent des feuilles de poirier, des champignons de la neige et d'autres ingrédients apaisants.

Finalement, le dernier groupe de thés est ce qui élimine la « chaleur humide », une condition qui se produite d'une nourriture trop épicée et lourde, et de fruits riches en fructose tels que les mangues et les litchis, entraînant une halitose. Ces tisanes ont pour ingrédients le chèvrefeuille, le chrysanthème et les champignons.

Il existe des choses que la science moderne est en cours de découvrir en matière de thés aux herbes chinois. Pour les Chinois, cependant, la preuve est déjà dans le breuvage.


China Daily

Sites touristiques recommandés

Qui sommes-nous ?|Contact

Copyright @ 2002-2020 www.visitbeijing.com.cn Tous droits réservés