Zéro droit de douane pour les importations des PMA

2022-08-04

A partir du mois prochain, la Chine va supprimer les droits de douane pour 98 % des produits actuellement taxés importés de 16 pays les moins avancés (PMA), a indiqué mardi la Commission des droits de douane affiliée au Conseil des affaires d’Etat.

Avec une entrée en vigueur au 1er septembre, cette mesure permettra d’aider à partager les opportunités du marché avec ces nations, incluant le Togo, le Djibouti, le Laos et le Rwanda, de promouvoir une croissance commune et de soutenir l’édification d’une communauté de destin pour l’humanité.

Cette mesure sera progressivement élargie à tous les pays les moins avancés ayant des liens diplomatiques avec la Chine et se basera sur la progression des échanges par écrit.

D’après les spécialistes, cela permettra de renforcer les importations chinoises, notamment de produits agricoles et de matières premières, en provenance des économies les moins développées, mais aussi de soutenir la stabilisation et la relance de l’économie mondiale.

En amont de cette mesure, la Commission avait déjà annoncé en décembre dernier que la Chine accorderait un traitement préférentiel en matière de droits de douane pour les PMA ayant établi des relations diplomatiques et échangé par écrit avec la Chine.

Des produits agricoles, comme l’huile de cacahuète, et des produits chimiques, incluant le polyéthylène, ont été incorporés dans l’éventail des produits bénéficiant d’une exemption des droits de douane.

« La plupart des produits importés présents dans la liste du gouvernement concernent la vie quotidienne de la population ou sont liés au secteur manufacturier du pays. Ainsi, les entreprises étrangères peuvent également bénéficier du développement de la Chine », explique Mei Xinyu, un chercheur de l’Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique (CAITEC) basée à Beijing.

Comme les économies d’un grand nombre de nations les moins développées ont été fortement affectées par la pandémie de Covid-19 au cours des deux dernières années, le chercheur note que cette exemption de droits de douanes permettra de supprimer les charges financières sur les entreprises tournées vers l’exportation et de consolider davantage leur croissance économique, notamment pour les partenaires commerciaux participant au développement de l’initiative des nouvelles Routes de la soie.

En dehors des nombreuses mesures prises pour stabiliser les exportations au 2e semestre, Zhang Bin, le directeur général adjoint du Département du commerce extérieur affilié au ministère du Commerce (MOFCOM), note que la Chine va accroître ses importations pour assurer l’approvisionnement en produits de base en vrac, mais aussi accélérer au cours des prochains mois les négociations commerciales et les processus de mise à niveau des accords de libre-échange entre la Chine et le Conseil de coopération du Golfe, la Biélorussie, Israël, Singapour, la Corée du Sud et le Pérou.

Les importations de la Chine ont augmenté de 4,8 % en base annuelle pour atteindre les 8660 milliards de yuans (1259 milliards d’euros) au 1er semestre, a indiqué l’Administration générale des douanes (AGD).

Encouragée par les mesures de réforme et d’ouverture, la Chine avait d’ores et déjà adopté à la fin de 2021 des barèmes tarifaires sur un grand nombre de produits importés de 29 pays et régions en accord avec les accords commerciaux et les arrangements préférentiels concernés, permettant d’avoir des droits de douane moins élevés pour les produits importés de pays incluant la Nouvelle-Zélande, le Pérou, la Suisse, le Pakistan et le Costa Rica.

La Chine a également mis en place des droits de douane abaissés ou supprimés conformément aux accords commerciaux dans le cadre du Partenariat économique régional global (RCEP) et du nouvel accord de libre-échange entre la Chine et la Cambodge, tous deux entrés en vigueur au mois de janvier.

« La conformité de la Chine avec les règles commerciales dans le cadre du RCEP permettra de promouvoir une ouverture de haut niveau, ce qui soutiendra en retour l’intégration des chaînes industrielle, d’approvisionnement et de valeur entre les membres du RCEP, et insufflera une nouvelle dynamique dans la relance de l’économie mondiale », affirme Cui Fan, un professeur de l’Université de commerce international et d’économie de Beijing.

D’après Jin Hai, le directeur général du Département des opérations générales de l’AGD, le gouvernement devrait renforcer au 2e semestre les réglementations et les services, afin de garantir la fluidité des flux logistiques dans les deux sens et de résoudre les incertitudes, comme les goulets d’étranglement dans les chaînes industrielle et d’approvisionnement.

French.china.org.cn


À VOIR AUSSI