Commission du développement du tourisme de la municipalité de Pékin


La boussole

1500001976

La Chine est le pays inventeur de la boussole. C'est un fait bien connu de tous.

La première boussole que l'on connaisse est en réalité un char-boussole aussi appelé « chariot pointant le sud ». Une légende raconte que dans l'antiquité mythologique chinoise, Huangdi (ou Empereur jaune) et Chi You (autre personnage mythologique chinois) se faisaient la guerre. Huangdi aurait ordonné à son ministre Feng Hou d'inventer le chariot-boussole qui serait sorti des nuages et aurait permis la victoire contre Chi You. Le chariot pointant le sud est en fait une boussole mécanique qui garde une direction, indiquée par un pointeur, tout au long de son déplacement. Le différentiel dans le système d'engrenages à l'intérieur du chariot intègre les différences de rotation des deux roues et ainsi détecte la rotation du châssis du char par rapport au sol. Le mécanisme compense cette rotation en faisant tourner le pointeur dans la direction opposée de celle du tablier.

Han Fei, penseur du IIIe siècle av. J-C, a décrit l'invention de la boussole dans son livre : « Il est facile de se perdre sans s'en rendre compte à cause d'une mauvaise orientation, c'est pourquoi les rois des temps anciens ont inventé un instrument indiquant le sud afin d'indiquer où sont situés l'Ouest et l'Est. » Cet instrument dont parle Han Fei est en réalité le chariot-boussole. Peu importe dans quelle direction se tourne le char, le bras du bonhomme en bois sur le char se pointe toujours vers le sud.

Le principe de la boussole et du chariot-boussole est différent. La boussole fonctionne grâce au magnétisme. C'est en Chine que l'on a découvert le plus tôt ce phénomène. À l'époque des Royaumes combattants (475 à 221 av. J-C) on utilisait déjà ce procédé et on a inventé la boussole-cuillère, ancêtre de la boussole actuelle.

La boussole-cuillère est faite en magnétite, et a la forme d'une cuillère dont dos est lisse, ce qui lui permet de tourner sur la table d'orientation. La direction que désigne le manche de la cuillère est le sud. C'est d'après ce principe que le scientifique chinois Wang Zhenduo (1911-1992) a créé un modèle de la boussole-cuillère.

Mais pour passer de la boussole-cuillère à la boussole à proprement parler, il a fallu plusieurs étapes. L'une des étapes cruciales de l'invention de la boussole a été le passage de l'utilisation de la magnétite naturelle à l'aimantation artificielle du fer. Les Chinois ont inventé deux façons de magnétiser artificiellement le fer : la première est de frotter l'aiguille de la boussole sur un aimant pour l'aimanter, c'est la boussole à proprement parler. C'est une technique décrite par Shen Kuo, scientifique de l'époque Song (1031-1279) dans son livre Mengxi Bitan (Discussions de pinceau depuis un petit ruisseau de rêve).

L'autre façon de créer une boussole est de couper une fine lamelle de fer en forme de poisson et d'utiliser le magnétisme naturel de la Terre pour l'aimanter, c'est ce que l'on appelle une boussole-poisson. Mais sa fabrication étant plus compliquée, elle a été délaissée pour la boussole « normale ».

L'utilisation de la boussole a permis une véritable révolution dans la navigation. C'est un réel marqueur historique. C'est vers la fin de la dynastie des Song du Nord (960-1127) que la boussole a commencé à être utilisée pour naviguer. Le développement de la navigation sous les Song du Sud (1127-1279) et sous les Yuan (1271-1368), les Ming (1368-1644) et l'exploration des mers par Zheng He sont indéniablement dus à l'invention de cet instrument.

Les navigateurs ont également pu, grâce à elle, dessiner des cartes de navigation et des atlas maritimes. Ce qu'il faut savoir, c'est que les boussoles de navigation chinoises étaient constituées d'une aiguille flottant sur un bol d'eau, c'est pour cela que l'on l'appelle la boussole aquatique. Ce sont les Européens qui l'ont améliorée en plaçant l'aiguille sur un support fixe d'où son appellation en chinois de « boussole sèche ».

À l'époque des Song du Sud, les commerçants arabes et perses empruntaient régulièrement les voies maritimes pour se rendre en Chine faire du commerce. C'est là qu'ils ont appris à se servir de la boussole. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, la boussole a été amenée en Europe par ceux-ci. Cela a permis l'ouverture de nouvelles routes maritimes et la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb et le tour du monde de Magellan. Cela fut un tournant pour l'histoire européenne. À partir de ce moment-là, la face du monde a changé, l'exploitation de l'Amérique a permis aux pays européens de s'enrichir et de se développer à une vitesse accélérée. L'arrivée de la boussole en Occident a ouvert les vannes de l'histoire et permis à l'Europe arriérée du Moyen-Âge de sortir de sa crasse.

Francis Bacon dans son Novum Organum dit : « L'imprimerie, la poudre à canon et la boussole ont fait changer la face du monde et des choses et induit beaucoup d'autres évolutions. Aucun empire, ni aucune religion n'a eu autant d'effet sur la civilisation que ces instruments. »

(Article publié par Monthly Digest du groupe Zhonghua Book Company)

La Chine au présent

Un paradis pour les amateurs de voitures à Fengtai

TOP

 

Qui sommes-nous ? | Contact

Copyright2002-2017 www.visitbeijing.com.cn Tous droits réservés